Pourquoi est-ce qu’on se fatigue avec des fourchettes ?

Préparer à manger, faire la cuisine, pour moi, ce sont des preuves d’amour. Et il me semble que quand on aime, on essaie de diminuer la souffrance de ceux qu’on aime. Alors pourquoi est-ce qu’on se fatigue avec des fourchettes ?

J’ai l’impression de ne pas être très clair, alors je m’explique : les couverts conventionnels du monde occidental (à savoir couteaux et fourchettes) ne sont pas du tout adaptés à la dégustation d’un repas décontractée. Ce sont des outils dérivés d’autres métiers ; la fourchette est littéralement une petite fourche, et le couteau est l’outil du boucher.

Alors pourquoi est-ce qu’on accepte de les retrouver à la table, le centre névralgique d’un foyer ? Le plat arrive devant soi, et il faut encore se battre avec une escalope, découper une omelette ou trancher une pomme de terre. En cuisine j’ai le loisir d’utiliser un bon couteau de chef tranchant, la facilité de produire des morceaux de taille compatibles avec une bouchée humaine ; et en dépit de tout ça, la norme culturelle nous enseigne de finir le travail à la table.

Paolo

Paolo

Est-ce qu’on s’attendrait à la boulangerie, en allant acheter sa baguette, de devoir pétrir la pâte, de la former ou de finir de les passer au four nous même? Jamais. Et pourtant, on s’y plie sans même y réfléchir 2 fois par jour au moment du repas.

Je m’apprête à dire quelque chose qui ne plaira pas à tout le monde. Qu’il en soit ainsi, cette conviction m’habite et je mourrais pour elle avant de la renier: le seul ustensile raisonnable à placer à table est la cuillère. C’est le couvert le plus versatile, à la forme la plus gracieuse, et il encourage les cuisiniers à faciliter la vie de ses convives. Les fourchettes et couteaux sont l’appanage des fermes et des champs de bataille, tandis que la cuillère a été pensée spécifiquement pour le repas. C’est un couvert de premier ordre alors que les deux autres sont des imposteurs, des couverts par procuration.

J’encourage quiconque à dénicher et à me faire parvenir un plat qui ne puisse pas être adapté pour être consommer en intégralité avec une cuillère (Petit indice: impossible d’en trouver, ils n’existent pas).

Ici je ne te demanderais pas quel est ton couvert préféré, si il ne s’agit pas de la cuillère, je ne saurai l’entendre.

Paolo,